La collecte, le stockage et le traitement de données posent des risques pour les entreprises ayant développé des plateformes digitales. Ces risques sont liés aux possibilités de piratage entraînant des vols de données, mais aussi aux possibles décalages avec le cadre juridique des pays où se trouvent les utilisateurs de ces plateformes.

La sécurité digitale suppose donc une approche à la fois technique et juridique, pour prévenir les risques d’incidents.

sécurité juridique

La sécurité applicative : pourquoi auditer techniquement une plateforme web ?

Le développement de solutions web à l’échelle mondiale ne va pas sans poser des risques majeurs. Les informations échangées et stockées sont à la portée des hackers.
Au delà de la sécurité des réseaux informatiques et des datacenters, la plupart des risques posés par les sites et les logiciels web concernent la couche applicative.

Conduire un audit de sécurité applicative sur une plateforme web permet d’identifier les failles présentes dans le code et de les corriger techniquement. Par exemple les injections SQL, les failles XSS, les mises à jours de composants, les problèmes de configuration de serveurs web… (voir nos articles techniques au sujet des failles classiques du web).

L’audit de sécurité est le meilleur moyen de corriger les vulnérabilités en profondeur. D’autres démarches complémentaires peuvent être ajoutées, telles que la mise en place d’un firewall applicatif et/ou de scans réguliers.

Le volet réglementaire : pourquoi auditer juridiquement une plateforme web ?

Se protéger des hackers ne doit pas faire oublier les risques juridiques auxquels sont exposées les plateformes digitales.

En effet, le cadre réglementaire diffère selon les pays et les régions du monde. Par ailleurs, la législation concerne de nombreux aspects, tels que le traitement de données personnelles, les modalités de vente en ligne et le droit de la propriété intellectuelle.

Conduire un audit juridique permet de détecter les écarts entre la loi et la pratique, afin de les corriger. CNIL, invalidation du safe harbor, politique de confidentialité et gestion de cookies, mentions légales, CGV, tunnel de vente, protection des droits d’auteurs… sont des aspects à sécuriser.

Les risques sont réels, à la fois en termes financiers et en termes d’image de marque des entreprises. Ceci peut être évité à condition de faire appel à des experts dont c’est le cœur de métier.

De plus, les aspects techniques et juridiques convergent avec les nouvelles obligations de notifications des incidents entraînant des fuites de données à caractère personnel. La législation européenne oblige à présent les entreprises à mettre en oeuvre des moyens techniques et opérationnels pour assurer des mesures de sécurité adaptées aux risques.

Vaadata et le cabinet Haas Avocats ont mis en place une offre commune pour prévenir ces risques. Faire conduire un double audit technique et juridique permet de consolider la sécurité d’un site ou d’une application afin de développer sereinement son activité digitale.

Contactez nous si vous souhaitez obtenir plus d’informations à ce sujet.